Bon après midi de Samedi mes amies et Bon Dimanche demain, chez Nous il pleut, un temps gris, et il fait assez froid, j'ai très froid aux pieds, heureusement je vais allé faire ma sieste, je devrais donc me les réchauffer mes petits petons. Comment allez vous quant à vous mes amies d'hellocoton. Ce matin JP et moi sommes allés voir pour que je trouve de la laine, mais je n'en n'ai toujours pas trouvé, tant pis je chercherai encore et encore, mais je n'en trouve pas à bas prix, mince alors.

Demain Ma Fille Notre Gendre et Notre Petite Fille nous invitent à aller déjeuner chez Eux le midi, je pense que c'est en remerciements pour JP qui est allé avec notre Gendre, chercher dans un magasin un très gros chauffe eau qu'ils ont porté à tous les Deux, puis que JP a installé chez Eux, avec l'aide de notre Gendre bien sur, mais Ils ont eu bien du mal car c'est très lourds les chauffe eau, et en plus difficiles à installer.

Bisous à vous toutes bon après de Samedi, Bon Dimanche à suivre, pas chaud du tout chez Nous et de la pluie, mince alors. A bientôt et portez vous toutes bien surtout et tous les vôtres. Kcann.

J'avais appris ces poèmes autrefois lorsque j'étais en cours de littérature.Afficher l'image d'origine

des bisousAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

 

Bon Dimanche à venir demain.

Afficher l'image d'origineBon Dimanche

Afficher l'image d'origine

Mignonne, allons voir si la rose

 Qui ce matin avoit desclose 

Sa robe de pourpre au Soleil, 
A point perdu ceste vesprée 
Les plis de sa robe pourprée, 
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace, 
Mignonne, elle a dessus la place 
Las ! las ses beautez laissé cheoir ! 
Ô vrayment marastre Nature, 
Puis qu'une telle fleur ne dure 
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne, 
Tandis que vostre âge fleuronne 
En sa plus verte nouveauté, 
Cueillez, cueillez vostre jeunesse : 
Comme à ceste fleur la vieillesse 
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de Ronsard.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage de Joachim du Bellay

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine

 

Afficher l'image d'origine